Félicitations si vous venez d’apprendre que votre vœu a été exaucé et qu’au mois de septembre, vous serez en hypokhâgne.

Mais voilà, sur le site de la prépa, ou dans votre enveloppe d’inscription, il se peut qu’une secrétaire ait ajouté un dossier de quelques pages… il s’agit d’une « biographie non exhaustive », celle que vous devez lire impérativement pour préparer votre rentrée.

A ce moment-même, vos mains tremblent, votre cœur bat à 100 à l’heure et vous vous sentez vaciller. Puis murmurez pour vous-mêmes: « Dois-je vraiment TOUT lire ? » et « Est-ce une blague ? ».

Rien de mieux qu’Internet pour se rassurer… je le sais, j’ai fait la même chose. Malheureusement, personne ne publie jamais les vrais bons conseils. J’ai donc pu lire à cette époque des choses du genre « ah que ces jeunes bacheliers sont naïfs, mais non il ne faut pas tout lire, c’est pour vous faire peur, et à la rentrée, personne n’aura TOUT LU, sauf quelques fous ».

Bon, ce n’est pas complètement faux… mais ce n’est pas complètement juste non plus.

Cette liste est longue, c’est vrai. La liste que j’ai reçue en 2011 comportait 3 pages de « conseils bibliographiques », classés par matière. En lettre, c’est assez facile de tout lire, ce sont en général des romans, des recueils de poésie, du théâtre. Regardez ce qui vous tente, et plongez-vous dans les meilleurs ouvrages à vos heures perdues.

Le plus problématique, ce sont les listes d’histoire, de philo, et d’économie. La critique de la raison pure, ça va bien un peu (une demie page), mais faut pas abuser. René Rémond, c’est pas qu’il nous embête, mais son livre manque d’illustrations, tout de même (le jour où je suis allée acheter mes livres, je n’ai pas pu réprimer une moue déconcertée en disant que ces livres sans images avaient triste mine… la vendeuse s’est bien foutue de moi !!). Et puis il y a l’éco…

Il y avait sur ma liste L‘histoire de la pensée économique de Platon à Marx. Et moi je me suis dit que ça avait l’air cool, mais que ça ne servait à rien de prendre autant d’avance et de tout lire maintenant, alors j’ai seulement lu la moitié du premier chapitre, et je suis arrivée en septembre en cours d’éco, toute heureuse. Seulement le deuxième cours, voilà que la prof sort un truc comme : « Au fait, vous savez, le livre d’histoire de la pensée… vous l’avez lu ? Sinon, il serait temps de vous y mettre, parce que dans trois semaines, vous aurez des colles sur le livre ». La cata !!

(Petite mise au point pour les débutants : les colles – ou chez les littéraires : « Khôlles »-, ce sont des examens oraux que l’on a toutes les semaines : en maths, c’est une semaine sur deux, ça dure une heure et on passe par groupe de 3, en langues c’est 30 minutes à 1 heure de préparation et 20 minutes d’exposé. En histoire, philo, éco et lettres, c’est une heure de préparation, 20 minutes d’exposé (et toujours 10 minutes de questions)… Mais les profs peuvent aussi décider de donner les sujets à préparer à la maison, ou personnaliser la forme de l’épreuve.)

Bref, toujours est-il que j’avais lu la moitié d’un chapitre, pensant avoir fait mon travail, alors qu’en fait il fallait que je lise tout le livre… Et pas seulement le lire, mais aussi le maîtriser sur le bout des doigts !! Dire que je pensais que le livre durerait toute l’année !

Alors revenons à nos moutons : faut-il tout lire ?

Je vais vous proposer une réponse alternative qui va faire toute la différence.

Pour les livres théoriques (philo, théorie littéraire, histoire, éco), lisez les introductions et conclusions très attentivement. Quand vous aurez fait ce travail, vous pourrez commencer à regarder comment le livre est structuré. Lisez alors l’introduction et la conclusion de chaque chapitre. Et dans l’idéal, pour chaque livre, faites une fiche courtes, écrites normalement avec des couleurs, et écrivez sur le vif les idées qui vous paraissent intéressantes, les liens que vous faîtes avec des exemples de la vie courante. En tout, cela prendra peut-être 1h30 par livre. Mais vous aurez fait l’essentiel. Pour une lecture intégrale, choisissez un livre qui vous paraît agréable, bien écrit, et que vous aimeriez mieux connaître. La encore, vous pouvez faire une fiche plus profonde avec des exemples : les exemples issus du texte prouvent que vous l’avez vraiment lu !

Pour les livres de litté : lisez d’abord les ouvrages obligatoires – ceux que vous allez étudier pendant l’année. Si vous avez envie de lire plus, optez raisonnablement pour ce qui vous attire. Choisissez de préférence deux pièces de théâtre, deux romans et deux recueils de poésie, et faîtes-en un compte-rendu personnel (ça fera vraiment la différence, vous montrerez que vous avez fait des lectures personnelles et que vous aimez ça) et ce seront des exemples que vous pourrez réutiliser pendant 2 ans en dissertation). Et pour les autres bouquins, recherchez rapidement des informations sur l’auteur, le contexte de parution et l’intrigue du texte… ça suffira bien pour commencer.

Voilà, pas besoin d’en faire un fromage, c’est possible d’arriver en connaissant très bien les textes sans y avoir passé non plus tout l’été 🙂

Publicités