Cette question, nous nous la posons tous, que nous soyons élèves, étudiants ou actifs (et surtout en recherche d’emploi).

Inutile ici d’expliquer pourquoi la maîtrise d’une (ou plusieurs) langue(s) vivante(s) est essentielle. Ce que souhaite en revanche exposer ici est une méthode pour développer des qualités linguistiques.

« Je n’ai jamais été bon en langues »

Avant toute chose, j’aimerais répondre à cette remarque que j’entends souvent et qui a tendance à m’affliger. Pour être bon, il faut travailler, et avec de la bonne volonté, il est tout à fait possible d’atteindre un niveau vraiment très honorable. Je suis d’accord qu’il est plus facile d’être bon linguiste quand on a l’oreille musicale. Cependant, cette oreille se développe aussi, et c’est ce que je vais vous expliquer.

La vraie question est plutôt : « Avez-vous envie d’apprendre une langue ? »; « Avez-vous envie de vous affronter la difficulté » et « êtes-vous prêt à modifier vos habitudes quotidiennes » ?

Apprendre une langue, c’est un peu comme un régime 

Il faut de la régularité, il faut de la motivation, et il faut… une bonne hygiène de vie. Rien ne sert de repousser l’échéance. Rien de sert de commencer si c’est pour arrêter au bout d’une semaine !

Croyez-en mon expérience, on ne devient pas bilingue en un jour. En revanche, chaque jour de travail nous rend meilleur, c’est pourquoi je vous invite à faire le plein d’énergie, de respirer un grand coup… et vous verrez que ce n’est pas du tout si difficile que cela !

Je pars du principe que vous êtes tous allés à l’école et au collège et que vous connaissez la conjugaison des auxiliaires « être » et « avoir ». Sinon, cela ne coûte pas grand chose de mémoriser les deux premiers chapitres d’un livre de grammaire avant de passer aux étapes suivantes.

1. La technique des étiquettes :

Cherchez du vocabulaire de la vie courante (table, ordinateur, épices) et réalisez de petites étiquettes que vous fixerez sur les objets en question.

2. Lire des livres pour enfants : 

Parfois, les gens ont peur d’être surpris avec un livre d’ Arc-en-Ciel ou de Oui-Oui à la main. Mais après tout, il a bien fallu que tous ces « étrangers » apprennent un jour leur langue maternelle ! Et si vous vous attaquez à trop gros, vous risquez de vous décourager ! Le vocabulaire très simple, les images sont charmantes… pourquoi se priver ?

3. Trouvez un partenaire tandem : 

Un partenaire tandem, c’est une personne qui souhaite apprendre le français et qui est disposée à vous aider à apprendre sa langue maternelle.

Déposez des petites annonces dans votre ville, au Super U, à la mairie, à la boulangerie, à l’université. Regardez aussi ce que vous pouvez trouver comme annonces sur Internet.

C’est une technique selon moi très sympathique, parce que vous pourrez apprendre plein de choses sur sa culture, tout ça autour d’un café ou d’un chocolat. En parlant de votre culture, vous ferez également des découvertes étonnantes. Les questions simples des étrangers nous aident à mieux nous comprendre.

4. Ecoutez des musiques qui vous plaisent, lisez les textes, lisez les traductions éventuelles, apprenez les paroles, et faites vous plaisir avec un petit karaoké (ça marche).

5. Regardez des films en version originale sous-titrées vo (pas des films français, bien sûr !) sur un thème qui vous intéresse. C’est facile à trouvez, et c’est un très bon prétexte pour se détendre et apprendre en même temps !

6. Laissez-vous tenter par le Couchsurfing

Il s’agit d’accueillir chez soi quelques nuits gratuitement un voyageur (sur un canapé, un lit pneumatique). Il sera très heureux en échange de vous aider à améliorer votre niveau de langue.

7. Former une colocation avec des étudiants internationaux

Si vous n’avez pas peur de partager votre espace de vie avec d’autres étudiants, une colocation peut être une bonne solution. Ainsi au quotidien, il est tout à fait possible d’apprendre quelques mots par ci par là !

8.Séjourner à l’étranger

Rien ne vaut un séjour en immersion, il est vrai. Cependant, il faut voir à quelles conditions l’immersion est efficace. Cela ne sert à rien de partir si c’est pour continuer sa vie en solitaire ou pour ne fréquenter que des Français. Pour qu’un séjour vous permette de vous améliorer en langues, il faut maximiser les contacts internationaux : cours de sports, de musique, associations, job, colocation, covoiturage, travaux de groupes. Bien sûr, il ne faut pas hésiter à demander que l’on vous corrige (en général, les gens ne le font pas d’eux-mêmes, ils pensent que c’est malpoli, allez savoir pourquoi !).

9. Au-pair

Les sites recommandent souvent aux étudiants de travailler dans une famille étrangère comme au-pair. Impossible cependant lorsque l’on a un job ou autres obligations (familiales par exemple). Mais si vous avez des enfants et que vous travaillez, pourquoi ne pas prendre chez vous un jeune au-pair pour s’occuper de vos chers petits et donner des cours de langue (en principe, c’est pour les enfants, mais rien ne vous empêche d’en profiter aussi !).

10. Des listes de vocabulaire : 

Quelque soit votre manière de travailler, forcez-vous à écrire chaque jour les mots que vous avez appris, et n’économisez pas vos efforts de mémorisation. Relisez chaque jour ce que vous avez appris, ce que vous avez vu la veille. Vous pouvez noter vos mots sur des petits papiers, les mettre dans une boîte à mouchoirs vide, et piocher chaque jour 10 mots que vous réviserez.

L’essentiel, c’est d’avoir envie d’apprendre, de ne pas rechercher immédiatement la facilité (évidemment, c’est frustrant de ne pas comprendre le film !), et de ne pas avoir peur de faire des fautes. Des fautes, vous en ferez toujours… mais toujours moins. Et plus vous apprendrez, plus apprendre sera facile.

Alors, c’est parti ? 🙂

Publicités