Mon séjour à Constance s’achève lentement, les DM progressent pas à pas et le soleil est au rendez-vous. Alors mardi, je suis allée acheter une petite tente (légère, mais encombrante) ainsi qu’un matelas très fin, et suis partie vers 15 heures de Constance pour pédaler autour du lac en passant par Kreuzlingen, en Suisse. Kreuzlingen, puis très vite les villages aux belles maisons colorées ont fait place à de plus beaux villages encore, puis les vignes sur les rives, puis les montagnes lointaines.

Un peu chaud pour être dehors à cette heure, mais l’avantage, c’est que le lac n’était jamais loin, et il y a partout des sources d’eau potable.

laketrip 019 laketrip 024

Le soir, ces montagnes que l’on peut apercevoir depuis Constance certains jours, était soudainement là, imposantes, rocheuses, illuminées par le soleil couchant.

laketrip 088 laketrip 099   laketrip 086

La nuit a été longue. Et la tente s’est avéré n’être qu’un coquillage de plage impossible à fermer. D’abord, j’ai sacrifié ma couverture pour bloquer l’entrée, puis les moustiques se faisant plus rares avec la fraîcheur de la nuit, j’ai renoncé à toute intimité. De toute façon il faisait noir, et les tentes voisines étaient bien luxueuses comparées à la mienne.

Quelques piqûres plus tard, et des courbatures des pieds à la tête,  me voilà prête à repartir à six heures. Je devrais peut-être me réjouir d’avoir passer une nuit aussi épouvantable. Je n’aurais sinon sans doute jamais penser à regarder le ciel au-dessus de moi ce matin-là, et j’aurais manqué quelque chose.

 

laketrip 105

laketrip 106

Vélo bien traître ce matin, et il faut se résigner à parcourir 3 kilomètres à pieds vers Steineck pour réparer une roue avant. La boutique est fermée, pas de chance, mais Felix, 50 ans, rencontré plus tôt dans les bois, arrive à la rescousse et passe quelques coup de fil. Il revient 25 minutes plus tard avec une autre voiture, charge la ferraille à l’arrière et c’est parti pour une petite promenade. Le vélo réparé, 32 Francs suisses ainsi sacrifiés, et des politesses échangé, la route reprend, direction Brégence (dite Bregenz).

laketrip 118

Le trajet n’a pas été très agréable sur le début de la partie autrichienne. Le paysage était certes magnifiques, mais il n’y avait que champs et fermes, et rien en vue pour remplir les bouteilles, ni d’arbres sur la route pour se protéger du soleil.

laketrip 132

laketrip 133

 

Le mercredi n’a pas été chômé. Brégence, Lindau. 12 kilomètres avant Friedrichhafen, le lac paraît argenté sous les nuages chargés de pluie et de violence. La tempête se lève alors que nous atteignons Friedrichhafen. Le ferry partait une heure plus tard, la foudre, il faut le dire, c’est magnifique, surtout quand on est à l’abri.

 

laketrip 144

Au total, il faut compter pour ce périple quelque 120 kilomètres sur une journée et demie. Il y a de quoi être fier. Et j’ai de quoi regretté pour encore une semaine de ne pas m’être habituée à la selle avant de m’embarquer pour cette folie. Je peux vous dire qu’elle me fait bien payer mes quatre années sans entraînement !

Publicités