Beaucoup me demandent quelles sont mes activités à l’orphelinat.

Je ne commencerai vraiment à travailler au bureau (office) qu’à partir du 1er octobre. D’ici là, j’ai le temps de faire connaissance avec les enfants, ce qui constitue la majeure partie de mes journées.

Monkey kids
Monkey kids

Dès le premier jour, les enfants se sont tous montrés attachants avec chacun de nous. Nous avons tous eu droits à d’énormes câlins de bienvenue et dès qu’ils nous voient, ils nous crient toujours bonjour ou viennent nous voir pour discuter.

Ils ne parlent pas tous anglais, mais ce n’est pas une barrière suffisamment importante pour nous empêcher de communiquer. Tant que l’on dit quelque chose, ils sont contents, et ils sont plus heureux encore lorsque l’on joue avec eux. Basket, chansons… Parfois les amitiés commencent même avec des séances photos. Ils en sont très friands et sont toujours enchantés d’êtres pris et de prendre en photo un peu n’importe quoi.

My crazy monkeys
Some of my crazy kids

Quand nous sommes à table, pour que l’on puisse mieux échanger, c’est Mama Jean qui traduit. Les enfants aiment m’apprendre des mots en visaya et rient dès que j’essaie de parler dans leur langue.

Parmi les 67 enfants, certains n’en sont déjà plus. Ceux qui ont quinze ans sont déjà des adultes ici, parce qu’ils ont vécu beaucoup de choses. Ils y a des filles qui ont déjà un ou plusieurs enfants. Il y a un garçon dont le père est en prison. D’autres qui n’ont plus de parents pour une raison ou une autre. Ils ne sont pas ici pour rien, et ils se sont construits à l’orphelinat une famille et des amis. Nous sommes là pour leur donner confiance en eux, ouvrir leurs horizons vers l’Europe, leur apprendre l’allemand, l’anglais…

vendredi férié et mes chanteuses 019 (3)

Ils ont beaucoup de mal à comprendre que je ne suis pas Allemande. Beaucoup me disent que j’ai vraiment une tête d’allemande. Quand je dis que je viens de France, ils me demandent quelle langue je parle. Et ils n’en croient pas leurs oreilles quand je leur dis que cela ne m’empêche pas de parler en allemand avec les autres bénévoles.

vendredi férié et mes chanteuses 010 (2)

Ce soir, je leur ai montré des photos de chez moi, en France, en Allemagne, de ma famille et de mes amis. Ils ont été émerveillés. Pour eux, tous les Blancs ont la même tête et sont des Américains. Mais ils nous adorent, surtout nous qui sommes venus pour passer du temps avec eux.

kids and monkey kids 007

Ils nous appellent at Elena ou at Katrin. Ate, c’est un signe de respect, cela désigne la personne aînée sur laquelle il faut prendre exemple. C’est Mama Jean qui me l’a expliqué.

Basketball is the most favorite sport in the Philippines. Here in the children village we have really good players. But there are also some soccer players under the influence of German volunteers.
Basketball is the most favorite sport in the Philippines. Here in the children village we have really good players. But there are also some soccer players under the influence of German volunteers.

Ils ont vraiment le contact facile, mais ce ne sont pas pas tous des anges non plus. Certains font le mur, d’autres se battent.

Deux bénévoles allemandes avaient emmené dans leurs valises des réserves de chocolat, parce que cela ne se vend pas ici aux Philippines. Elles avaient tout rangé dans le frigo de notre cuisine, et nous nous sommes rendus compte que des tablettes disparaissaient, alors nous avons cadenassé la grille de la cuisine. Mais cela ne les a pas empêché de recommencer aujourd’hui. Les quelques chocolats restants sont au bureau à présent, bien loin de nos « bambous » (c’est ainsi que l’on appelle nos chambres). Mais au moins, ils sont en sécurité cette fois (enfin, on verra bien demain ce qu’il en est !).

vendredi férié et mes chanteuses 024 (2)

Publicités