La ville, comme je l’ai expliqué dans un post précédent, est extrêmement pauvre.

Cependant, se promener dans les marchés est déjà une expérience dépaysante.

D’abord, on ne peut pas tout y acheter. Il me faudra définitivement mettre une croix sur le Chabichou, sur le saucisson au poivre, sur les viennoiseries au chocolat… Gott ! I won’t survive!

(Mais il y a quand même des consolations…

nourriture, breakfast 065

Je n’ai pas su identifier de quoi était composé le muffin, mais ce n’était pas mauvais du tout ! 😉 ).

Dans chaque baraque (c’est comme ça que je vais désormais qualifier les boutiques, à défaut de meilleur mot !), on peut trouver des fruits que l’on ne voit pas par chez nous (ou seulement dans le rayon exotique hyper cher) et qui se vendent ici à des prix dérisoires. Jugez-en par vous même, les prix sont affichés. A titre indicatif, 1 peso, c’est… 2 centimes d’euro !

nourriture, breakfast 060 nourriture, breakfast 049

On peut surtout trouver des fruits, et des poissons et viandes dans les marchés couverts. Ce sont les mêmes fruits partout, de très bonne qualité (ce ne sont que des produits frais, produits ici même). Quand on a de l’argent, même aux Philippines, on doit pouvoir très bien vivre !

nourriture, breakfast 059 nourriture, breakfast 057

nourriture, breakfast 045 nourriture, breakfast 044

nourriture, breakfast 087 nourriture, breakfast 089

nourriture, breakfast 094 nourriture, breakfast 095

nourriture, breakfast 096 nourriture, breakfast 097

Aucun de nous n’a osé négocier. Difficile pour nous d’imaginer moins onéreux. Pourtant, pour beaucoup de Philippins, les prix sont souvent trop élevés, car les salaires sont souvent bien maigres. Nombreuses sont les familles à ne pas disposer de plus de 400 pesos par mois. Il n’y a pas d’aides de l’Etat. En général pour ces familles, l’alimentation est exclusivement à base de riz. Parfois, même le riz n’est pas abordable.

nourriture, breakfast 068

nourriture, breakfast 084

Publicités