Le village des enfants se situe à quelques pas à peine de l’école.

Si la distance n’est pas longue, elle n’en est pas moins risquée, car il n’y a pas de trottoir ni de bas-côté ni de voie piétonne ou cycliste. Seul un passage piéton juste devant l’école peuvent nous rappeler que des enfants fréquentent aussi les lieux. Les enfants ont peur de traverser, mais en général les voitures et les tricycles s’arrêtent toujours ; ils ne roulent vraiment pas très vite, parce que les voitures slaloment entre les deux voies et que le clignotant et les rétroviseurs ne sont vraisemblablement pas des concepts bien vivants par ici.

Les locaux de l’école sont en mauvais état, il y a des trous dans les murs partout. Enfin, me direz-vous, ce ne sont pas des murs hauts qui empêcheraient les enfants de quitter l’école quand bon leur semble (je les ai vus escalader les cocotiers !).

Ce qui est surtout notable à l’école, c’est que justement il n’y a pas souvent école. Bien sûr, officiellement, il y a cours du lundi au vendredi, et les journées sont libres le samedi et le dimanche, comme pour nous. Mais parfois dans la semaine, les éducateurs de l’orphelinats reviennent le matin avec les enfants en disant qu’il n’y a pas classe. Les cours sont souvent annulés pour des raisons un peu douteuses. Apparemment c’est normal par ici.

divers 109

Depuis 20 jours que je suis ici, j’ai déjà fait l’expérience de trois journées de non-cours en semaine et de deux journées de festivités un peu étranges, la journée des professeurs et la journée de la famille.

IMG_3215

divers 102

« Mon professeur, mon héros »

Lors de la journée des professeurs, les petites filles portaient des robes blanches et les enfants avaient des fleurs. Les professeurs ont été appelés les uns après les autres, présentés, remerciés pour leur travail et ont défilé jusqu’à la scène entre les garçons qui faisaient le salut.

divers 090 (2)
divers 094

divers 082

« Etre père, c’est être un leader »

La journée de la famille a eu lieu mercredi dernier. Les enfants ont été invités à s’asseoir d’un côté de la salle, les parents de l’autre (consigne qui n’a absolument pas été respectée et d’ailleurs, peu de parents ont fait l’effort de venir).

Tous les bénévoles de l’association Mariphil étaient là, et les responsables de l’événements nous nous ont remercié spécialement pour avoir accompagné « nos » enfants. Ils nous ont donné une liste à signer. C’était la liste des parents, mais nous y avons inscrits nos six noms, parce qu’il n’y avait que nous pour représenter les familles qu’ils n’ont plus.

IMG_3235

La cérémonie a été intéressante et très révélatrice de la mentalité philippine. On nous a parlé du rôle de la famille et spécialement de la mère au foyer : « mother are or should be the very heart and soul of the family », du devoir de conserver la pureté sexuelle des enfants, de protéger les enfants contre les films malsains et les méfaits de la drogue et de la pornographie, de prier et lire avec eux et de conserver leur chasteté.

Et du rôle prédominant du père (« Fatherhood is leadership » yeah), car c’est lui qui doit nourrir sa famille et veiller à ce que le foyer soit un havre de paix (« le plus présent qu’un père puisse offrir à ses enfants est d’aimer leur mère »); de l’importance de donner de l’amour à ses enfants et d’être là pour eux…

IMG_3289 IMG_3307

En somme, un discours à valeur normative parsemé de citations bibliques.

Nous autres bénévoles européens avons été plus déconcertés les uns que les autres.

Publicités