Pour Pâques, ma famille n’avait pas besoin de moi, alors je me suis mise en route pour Byron Bay, une ville de hippies avec des plages fabuleuses, à une heure de vol de Sydney.

J’avais prévu le voyage avec un ami suisse rencontré dans les Blue Mountains. Nous avons trouvé un motel à Ballina, à 4 kilomètres de l’aéroport et une trentaine de kilomètres de Byron Bay et avions deux jours pour explorer les environs.

Pas de chance, nous qui ne connaissions de l’Australie que les grandes villes toujours très bien desservies, n’avions pas pensé que les transports publics ne seraient pas assurés les jours fériés. Cela n’a pas eu grande importance pour le dimanche de Pâques, car il ne faisait pas très beau et nous nous sommes contentés d’une randonnée depuis Ballina.

Mais le dimanche, coup de panique, nous n’avions pour tout moyen de locomotion qu’un bus à 11 heures le matin. Finalement cela nous a laissé le temps de faire des courses pour le midi, donc nous avons été plutôt contents, mais pour l’avenir, nous n’oublierons plus qu’en Australie il ne faut compter que sur nous-mêmes les jours fériés (le centre d’informations de Byron Bay était fermé aussi pour les fêtes).

Au programme du jour, nous avions placé en priorité la marche jusqu’au phare (c’est une promenade très populaire) : je peux vous dire que nous n’avons pas été déçus ! Les plages étaient d’autant plus magnifiques que la météo était avec nous cette fois-ci. Nous avons pris notre temps pour marcher, car nous avions les yeux rivés sur la mer, à la recherche attentive de signes de vie marine. Notre patience a été récompensée, car nous avons pu admirer des tortues géantes affronter les vagues d’eau turquoise et des dauphins remonter vers le Nord. J’ai réussi à prendre quelques photos, pour preuve.

Après de telles émotions, j’ai risqué faire un petit saut dans l’eau, sans aller trop loin car les courants étaient vraiment forts, et aussi parce que je n’avais pas envie de me faire croquer une cuisse par un requin égaré (depuis que j’ai entendu aux informations qu’un surfeur s’était fait agresser par un requin vers Sydney, la semaine dernière, je ne fais plus la fière !). Nouvelle surprise quand nous avons vu des dizaines et des dizaines de chauves-souris voler au-dessus des palmiers en plein jour !

Nous sommes rentrés assez tôt, avec le seul bus de l’après-midi, avec de très bonnes impressions de la ville. Les gens étaient tous chaleureux et détendus (=effets de la forte consommation de joints dans ce repère à hippies?), les boutiques et cafés très accueillants… Nous n’avons pas regretté le détour !

J’ai même tellement aimé la ville que j’y suis retournée le lendemain matin très tôt, pour en profiter encore un peu avant que mon bus ne m’emmène vers de nouvelles aventures, à Brisbane. J’étais chargée de tous mes sacs, mais j’ai pu les déposer au centre d’informations contre 5$.

Les deux heures de bus vers Brisbane sont passées vite, et j’étais réellement curieuse de découvrir la plus grande ville du Queensland. La plupart des gens que j’ai rencontrés m’avaient décrit une ville ennuyeuse et sans intérêt, je tenais donc absolument à m’en faire ma propre idée. Je ne pourrai malheureusement pas trancher sur le sujet, surtout que je n’y suis restée qu’une demie journée. Tout de même, j’ai beaucoup aimé les allées commerciales avec de nombreuses boutiques originales puis par pure curiosité, je suis allée voir le point information, qui s’est avéré être un monument historique très bien conservé. On peut dire qu’à Brisbane, l’office de tourisme a la classe (photo tout en bas à droite) ! Tout comme le musée de Brisbane (gratuit) et sa salle de concert spectaculaire (photo en haut à gauche : plafond).

Depuis le temps que le concept me tentait, je me suis arrêtée chez Gelati pour prendre un donut à la glace à la cacahuète, puis deux énormes sushi un peu plus loin. Et pour terminer la journée, promenade au bord de l’eau puis repas copieux et de qualité au Pig n’whistle. Une demie journée réussie, donc !

Nous avions d’abord décidé avec ma famille que je reviendrais les aider encore deux semaines après Pâques, mais finalement nous avons jugé plus logique et plus simple pour tout le monde de se séparer au moment des vacances : j’avais rencontré une maman de Boyne Island dans le Queensland vraiment très motivée pour m’accueillir aussi tôt que possible ; la maman de ma famille à Sydney avait invité depuis longtemps les grands-parents en avril pour profiter des enfants pendant les vacances avant l’arrivée de l’au-pair suivante. (Et surtout, je ne m’entendais pas très bien avec la maman à Sydney et je commençais à fatiguer de faire des efforts pour lui être aimable et de ne jamais sentir la moindre gratitude de sa part !) Donc pour moi les vacances de Pâques ont signifié transition vers ma deuxième famille! J’y suis depuis quatre jours déjà et d’ici deux semaines je vous raconterai ma vie d’au pair à Sydney plus en détails (le bon et le moins bon) et présenterai mon nouveau quotidien à Gladstone (c’est vraiment complètement différent ). D’ici là, patience, je ne vous oublie pas, et je prends toujours plein de photos pour vous raconter toutes mes péripéties le moment venu. A bientôt !

Publicités